Tel : +33 1 57 19 50 06 - mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Twitter : @LesEnR

Analyse du Cycle de Vie (ACV)

L'Analyse de Cycle de Vie (ACV) appliquée au bâtiment est une méthode d'évaluation environnementale multicritères qui permet de quantifier les impacts d’un bâtiment sur l'ensemble de son cycle de vie, depuis l'extraction des matières premières qui le composent jusqu'à sa démolition et au recyclage des matériaux. Cette méthode permet notamment d’évaluer l’impact carbone de la construction du bâtiment et la quantité d’énergie grise qu’il contient.

L'enjeu majeur de l'utilisation de l'ACV est de hiérarchiser les priorités d’amélioration, d’éclairer les choix techniques selon les principales sources d'impacts environnementaux et d'éviter les déplacements de pollutions liés aux différentes alternatives envisagées.

Logiciel ELODIE

LesEnR utilise pour ce faire le logiciel ELODIE élaboré par le CSTB qui respecte la norme NF P 01-010 définissant les règles de réalisation de l’ACV en France pour les produits de construction. Ce logiciel en ligne permet d’évaluer la performance environnementale d’un bâtiment durant tout son cycle de vie. Il est relié à la base de données INIES (www.inies.fr) et utilise les FDES. Les résultats de l’évaluation d’ACV s'expriment selon 10 critères :

  • 6 impacts environnementaux : épuisement des ressources naturelles, changement climatique, destruction de la couche d’ozone, acidification atmosphérique, formation d’ozone photochimique, pollution de l’air, pollution de l’eau ;
  • 4 indicateurs d’impact : consommation d’énergie primaire renouvelable et non renouvelable, consommation d’eau, production de déchets solides.

Dès le démarrage d’une opération, LesEnR se charge de former et sensibiliser son client sur ces impacts environnementaux et de le guider vers une optimisation des surfaces et volumes par rapport aux usages et à la qualité des espaces. Réduire le nombre de places de stationnement souterrain par exemple ou réhabiliter au lieu de démolir pour reconstruire sont des choix minimisant le volume de matériaux nécessaire aux travaux.

Graphique radar : comparaison de la répartition des impacts

Energie grise

LesEnR ayant participé à la rédaction du guide Bio-tech financé par l’ARENE et consacré à l’«Energie grise des matériaux et des ouvrages » propose à ses clients de pousser la réflexion sur le choix des matériaux et l’usage de l’ouvrage en fonction de l’énergie grise que cela requiert. Télécharger le guide

La construction de l’habitat et du tertiaire s’est nettement améliorée ses dernières années. La conception et la réalisation d’un bâtiment BEPOS (bâtiment produisant plus d’énergie qu’il n’en consomme) est techniquement faisable. Plus les règlementations thermiques françaises évoluent (RT2000 > RT2005 > RT2012 > RT2020), plus les bâtiments ont pour obligation de diminuer leur besoin et donc leur consommation énergétique réglementaire. A mesure que l’énergie en exploitation diminue, l’énergie nécessaire à la construction du bâtiment, soit l’énergie cachée / l’énergie grise, reste quant à elle bien présente. Dans une logique environnementale absolue, une réflexion sur cette part d’énergie grise dans nos constructions doit être menée car la meilleure économie d’énergie que nous pouvons faire, est bien celle que nous ne consommons pas.

ACV ProportionEnergieGriseEvolution de la proportion entre énergie grise et énergie d'exploitation du bâtiment - Source GT ICEB

Les consommations d’énergie grise se calculent sur l’ensemble du cycle de vie d’un produit ou d’un bâtiment. L’énergie primaire totale, comme l’indique le schéma ci-dessous, reprend l’énergie procédée et l’énergie matière renouvelables et non renouvelables dans les deux cas. Quelle est la différence entre énergie procédée et énergie renouvelable :
-    Energie procédée = Somme des énergies nécessaires au processus mis en œuvre pendant tout le cycle de vie du matériau
-    Energie matière = Part de l’énergie primaire contenue dans les matériaux entrant dans le système non utilisés comme combustibles. Par exemple, le bois a une forte part d’énergie matière renouvelable. C’est pour cela qu’il est recommandé de sortir (si possible) ce résultat, si construction en bois, de manière à ne pas augmenter la valeur d’énergie primaire totale et « fausser » ainsi les résultats.

Toutes ces données sont fournies dans les FDES existantes.

ACV EnergieGriseLes différentes énergies qui composent l’énergie grise - FCBA, Claire Corniller - ICEB Café du 27/10/2009

Grâce à ELODIE, LesEnR étudie finement les propositions techniques, les systèmes constructifs (bois, acier, béton, etc.) et les matériaux (isolants, menuiseries, revêtements de sol, etc.) proposés. En moyenne, la consommation totale en énergie grise d’un bâtiment classique est comprise entre 1500 et 3500 kWh/m² SHON  pour une durée de vie de 50 ans, soit 20 à 75 kWh/m²SHON.an. Pour des bâtiments optimisés, cette consommation varie entre 1200 et 2200 kWh/m² SHON, soit 20 à 30 kWh/m²SHON.an.

LesEnR accompagne son client pour le suivi de chantier, suit drastiquement les consommations d’énergie du chantier et veille à son bon déroulement en s’inspirant des erreurs commises pour « réparer » plutôt que de refaire. Donner du temps à la réalisation, permet d’éviter les malfaçons et les reprises. Lors du suivi d’exploitation, LesEnR forme les équipes de maintenance et d’entretien sur cette thématique de gestion de l’énergie grise.

Cette démarche d’optimisation de l’énergie grise est un outil complémentaire d’aide à la décision. Cette prise en compte de l’énergie grise change notre regard sur les projets et nous conduit à nous reposer des questions fondamentales.

Effinergie +

Les règles techniques des bâtiments neufs dans le cadre d’une labellisation Effinergie + (version du 11 septembre 2013) recommandent au chapitre 10 que le bâtiment ou la partie de bâtiment pour lequel une demande de label est effectuée fassent l’objet d’une évaluation des consommations d’énergie liées aux cycles de vie des matériaux de construction. La méthode d’évaluation doit être conforme à la norme NF EN 15978, Évaluation de la performance environnementale des bâtiments - Méthode de calcul.

ACV LogoEffinergie
 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn